shutterstock_712374730
Brèves

Accueil / Actualités / Brèves

Brève spéciale | Les Journées Européennes francophones des Diététicien·ne·s ⭐

Les Brèves

Bienvenue à Lyon !

Cher·e·s diététicien·ne·s,

 

Comme vous le savez, l’UPDLF participe à l’organisation des JED – Journées Européennes francophones des Diététicien.ne.s, qui se dérouleront du 27 au 29 octobre 2022 au Centre des Congrès de Lyon.

 

Retrouvez ci-dessous un avant goût des JED avec le second focus sur un des conférencier : Patrice Cani.

 

Bonne lecture !

Les désordres cardio-métaboliques associés au surpoids et à l’obésité (insulino-résistance, diabète, maladies cardio-vasculaires) ont atteint des proportions épidémiques. Ces désordres sont associées à une inflammation de bas grade ainsi qu’à des modifications de la composition et de l’activité du microbiote intestinal.

Au cours des 20 dernières années, nous avons découvert que la modulation du microbiote intestinal en utilisant différentes approches nutritionnelles comme par exemple l’utilisation de certains prébiotiques, polyphénols, acides gras oméga 3 ou encore certaines bactéries contribuait à atténuer le développement de l’obésité et des troubles cardio-métaboliques associés. Les études sur les souris et les humains pointent vers l’utilisation potentielle d’interventions alimentaires pour moduler le microbiote et éventuellement la santé de l’hôte.

Ces études nutritionnelles nous ont amenés à découvrir la bactérie Akkermansia muciniphila. Outre les nombreuses corrélations observées entre l’abondance de cette bactérie et la santé de l’hôte, un grand nombre d’études ont démontré l’impact causal bénéfique d’Akkermansia muciniphila dans une variété de modèles précliniques.

Par conséquent, passer de la souris à l’humain devenait une étape logique et attendue. Nous avons récemment publié la première étude explorant le rôle d’Akkermansia muciniphila chez l’homme (Depommier et al Nature Medicine 2019, Depommier et al Gut Microbes 2021). En menant une étude exploratoire randomisée en double aveugle contrôlée par placebo (étude Microbes4U), nous avons constaté que l’administration d’Akkermansia muciniphila vivante ou pasteurisée était sans danger pour l’humain et induisait des effets bénéfiques sur différents facteurs de risques cardiométaboliques.

De plus, nous avons récemment isolé Dysosmobacter welbionis, une nouvelle bactérie de l’intestin humain, et ayant des effets intéressants sur l’obésité et le diabète. Des données précliniques et humaines inédites concernant les derniers développements seront discutés lors de la présentation.

Patrice Cani, Professeur à l’UCLouvain, Directeur de recherches FNRS, membre de l’Académie royale de Médecine de Belgique.

Conférence plénière prévue le vendredi 28 octobre 2022 de 14h30 à 15h30.

Inscriptions 

Inscrivez vous dès maintenant et jusqu’au 1er octobre pour profiter de tarifs préférentiels.

Programme scientifique

Un programme d’envergure internationale en langue française vous attend

Le secrétariat est à l’écoute de toutes vos questions par retour de mail.

 

A bientôt à Lyon pour vivre avec nous cet événement inédit, riche d’échanges et de partages,

Céline Dehaen

Secrétariat de l’UPDLF
Union Professionnelle Diététiciens de Langue Française – asbl
Adresse postale: Rue des frères Poels, 46 – 1325 Dion-le-Val
Téléphone: +32 (0)478 720 250
Adresse mail : secretariat.updlf@gmail.com
Site internet : www.lesdieteticiens.be

Les actualités

Partageons nos connaissances.

Retrouvez ici la Brève du 05 décembre 2022 reprenant des informations sur le GDGE, les actualités et l'agenda des évènements à venir, les sujets divers.
Le parcours initiatique de l’obésité ou de l’excès de poids chez un·e patient·e s’accompagne systématiquement d’une transformation intime, de la découverte de nouvelles valeurs et s’accompagne souvent de souffrance. Le critère de temps est nécessaire à l’initiation et à la maturation. Vous trouverez différents itinéraires pour accompagner votre patient·e dans ces quelques lignes non exhaustives.
Environ 14% de la population indienne est dénutrie. Cette dénutrition répartie dans l’ensemble du pays de façon hétérogène peut être expliquée par des déterminants climatiques et non climatiques. Ce second article s’intéresse aux causes liées aux éléments climatiques.
Environ 14% de la population indienne est dénutrie. Cette dénutrition est répartie dans l’ensemble du pays de façon hétérogène et peut être expliquée par des déterminants climatiques et non climatiques. Ce premier article s’intéresse aux causes liées aux éléments non climatiques. Un second article, détaillant les causes climatiques sera publié dans les prochaines semaines.

Contact

Une question ou une
demande ?