shutterstock_712374730
Actu-Diéta

Accueil / Actualités / Actu-Diéta

Travail de fin d'études

« Deux semaines de menus autour de l’Assiette saine planétaire de EAT-Lancet », un e-book de trente recettes pour encourager vos patients à adopter une alimentation durable et flexitarienne.

Compte tenu du réchauffement climatique actuel, la création d’un système alimentaire durable est devenue indispensable et urgent. Les diététiciens ont un rôle essentiel à jouer dans la transition écologique afin de sensibiliser leurs patients à adopter une alimentation respectueuse de la planète et de leur santé. A l’initiative du Groupe des Diététiciens pour l’Écologie Alimentaire (GDEA), un fréquentiel et un e-book de deux semaines de menus ont été réalisés autour de l’Assiette saine planétaire de EAT-Lancet.

Hélène Mambourg, diététicienne agréée
Alexandra Gatel, diététicienne agréée, maître de formation pratique au sein de la Haute École Léonard de Vinci - Département diététique

Cet e-book a été réalisé dans le cadre du travail de fin d’études d’Hélène Mambourg à la Haute École Léonard de Vinci – Département diététique, encadré par Madame Alexandra Gatel, diététicienne-nutritionniste.

Ce projet est une initiative du GDEA, avec l’asbl AKTINA soutenue par l’Agence pour une Vie de Qualité (AViQ) pour son application Batra « Comprendre pour manger en paix » et pour la campagne « C’est trop Bon ! – Bon à manger, Bon pour mon corps, Bon pour la planète » avec Pascale Marcoux, diététicienne-nutritionniste.

Présentation de EAT-Lancet

Fondation internationale à but non lucratif, EAT-Lancet est une plateforme mondiale scientifique qui œuvre pour transformer le système alimentaire actuel en un système juste et durable au service de l’humanité et de la planète.

Selon EAT-Lancet, « l’alimentation est le levier le plus puissant pour optimiser la santé humaine et la durabilité environnementale ». Notre système agroalimentaire actuel menace à la fois la stabilité de notre planète et la santé humaine car la production alimentaire constitue le principal facteur de dégradation environnementale. De nombreuses preuves scientifiques établissent des liens entre le système alimentaire, la santé humaine et la durabilité de l’environnement. Cependant, il n’existe aucun objectif scientifique universel en faveur d’un système alimentaire au service de la durabilité de la planète et de la santé humaine.

C’est pour cette raison que la Commission EAT-Lancet a réuni 37 experts de différents domaines (santé publique, agriculture, sciences politiques, durabilité environnementale, etc.) provenant de 16 pays afin de définir des objectifs mondiaux et de les traduire en actions concrètes. L’objectif est d’atteindre d’ici 2050 une production alimentaire durable et une alimentation saine pour une population mondiale de 10 milliards d’habitants en poursuivant l’Accord de Paris pour le Climat et les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies (1).

Un objectif : nourrir de manière saine et durable 10 milliards d’humains en 2050

La plupart des études qui analysent les impacts environnementaux de l’alimentation concluent qu’une alimentation riche en végétaux (fruits, légumes, noix, céréales complètes) et qui contient une petite proportion d’aliments d’origine animale présente des avantages à la fois en termes de santé et d’environnement.

En effet, l’adoption d’une alimentation saine permettrait d’épargner environ 11 millions de décès prématurés par an (1).

L’Assiette saine planétaire adaptée à la Belgique

L’Assiette saine planétaire fournit par catégorie d’aliments la quantité moyenne à consommer. Cette quantité a été ajustée en fonction des habitudes alimentaires des Belges (2) et des recommandations du Conseil Supérieur de la Santé (3, 4, 5) sur base d’un apport énergétique moyen de 2000kcal par jour pour un adulte (18-64 ans) en bonne santé ayant une activité physique modérée.

Une alimentation saine : moins de viande et plus de fruits, de légumes et de légumineuses

Le nouveau système alimentaire durable prévoit de doubler la consommation mondiale de fruits, légumes, noix et légumineuses et de diminuer de moitié la consommation de viande rouge et de sucre. L’Assiette saine planétaire sera composée d’une demi-assiette de fruits et légumes tandis que la deuxième moitié sera composée principalement de céréales complètes, de protéines végétales, de matières grasses insaturées et de quantités limitées de protéines animales, de céréales raffinées, d’aliments hautement transformés et de sucres ajoutés (1).

20221017_TFE_2
Figure 1 : Le nouveau système alimentaire durable

Dans cet e-book, les repas ont été élaborés avec des ingrédients locaux, de saison (automne-hiver), majoritairement bruts et issus de l’agriculture biologique. Les quelques produits n’entrant pas dans cette catégorie ont été sélectionnés en fonction de leur caractère équitable et selon leur moyen de transport à faible impact en carbone.

Dans la liste des ingrédients, leur provenance (pays où ils sont cultivés) est mentionnée ainsi que le nom de leurs fournisseurs à titre indicatif.

Cette application permet de scanner les codes-barres alimentaires et d’accéder aux informations obligatoires avant tout acte d’achat. Cette application 100% belge et gratuite permet de configurer des alertes en paramétrant des préférences personnalisées et anonymes telles que des valeurs nutritionnelles, des scores, labels, certifications, des allergènes et des additifs. (6)

C’est simple, sain, bon, durable et c’est indispensable !

Bibliographie

(1) Willett, W., Rockström, J., Loken, B., Springmann, M., Lang, T., Vermeulen, S., Garnett, T., Tilman, D., DeClerck, F., Wood, A., Jonell, M., Clark, M., Gordon, L. J., Fanzo, J., Hawkes, C., Zurayk, R., Rivera, J. A., de Vries, W., Majele Sibanda, L., Murray, C. J. L. (2019). Food in the Anthropocene: the EAT–Lancet Commission on healthy diets from sustainable food systems. The Lancet, 393(10170), 447-492. https://doi.org/10.1016/s0140-6736(18)31788-4

 

(2) De Ridder, K., Bel, S., Brocatus, L., Lebacq, T., Ost, C., & Teppers, E. (2016). Enquête de consommation alimentaire 2014-2015. Institut Scientifique de Santé Publique.

https://fcs.wiv-isp.be/nl/Gedeelde%20%20documenten/FRANS/Resume_FR_finaal_web.pdf

(3) Conseil Supérieur de la Santé. (2016). Recommandations nutritionnelles pour la Belgique – 2016 (CSS n° 9285).

 

(4) Conseil Supérieur de la Santé. (2019). Recommandations alimentaires pour la population Belge adulte – 2019 (CSS n° 9284).

 

(5) Conseil Supérieur de la Santé. (2021). Alimentation végétarienne – 2021 (CSS n° 9445). https://www.health.belgium.be/sites/default/files/uploads/fields/fpshealth_theme_file/210409_css-9445_alimentation_vegetarienne_vweb.pdf

 

(6) Batra (s.d.). Comprends ce que tu achètes avec Batra ! Batra. https://batra.be/application-alimentaire/

Les actualités

Partageons nos connaissances.

Retrouvez ici la Brève du 05 décembre 2022 reprenant des informations sur le GDGE, les actualités et l'agenda des évènements à venir, les sujets divers.
Le parcours initiatique de l’obésité ou de l’excès de poids chez un·e patient·e s’accompagne systématiquement d’une transformation intime, de la découverte de nouvelles valeurs et s’accompagne souvent de souffrance. Le critère de temps est nécessaire à l’initiation et à la maturation. Vous trouverez différents itinéraires pour accompagner votre patient·e dans ces quelques lignes non exhaustives.
Environ 14% de la population indienne est dénutrie. Cette dénutrition répartie dans l’ensemble du pays de façon hétérogène peut être expliquée par des déterminants climatiques et non climatiques. Ce second article s’intéresse aux causes liées aux éléments climatiques.
Environ 14% de la population indienne est dénutrie. Cette dénutrition est répartie dans l’ensemble du pays de façon hétérogène et peut être expliquée par des déterminants climatiques et non climatiques. Ce premier article s’intéresse aux causes liées aux éléments non climatiques. Un second article, détaillant les causes climatiques sera publié dans les prochaines semaines.

Contact

Une question ou une
demande ?