shutterstock_712374730
Brèves

Accueil / Actualités / Brèves

Brève spéciale | Les Journées Européennes francophones des Diététicien·ne·s ⭐

Les Brèves

Bienvenue à Lyon !

Cher·e·s diététicien·ne·s,

 

Comme vous le savez, l’UPDLF participe à l’organisation des JED – Journées Européennes francophones des Diététicien.ne.s, qui se dérouleront du 27 au 29 octobre 2022 au Centre des Congrès de Lyon.

 

Retrouvez ci-dessous un avant goût des JED avec le cinquième focus sur un des conférencier : Marie Bodinier.

 

Bonne lecture !

Pour cette édition inédite, le programme évolue ! Retrouvez une session satellite JED-CEDE (Club européen des diététiciens de l’enfance) : « À propos du microbiote en Pédiatrie », le vendredi 28 octobre de 15h45 à 17h15.

Aujourd’hui, le microbiote se révèle prépondérant dans le développement de maladies inflammatoires, métaboliques ou neurologiques. Par conséquent, les chercheurs peuvent désormais faire le lien entre altération du microbiote et obésité, diabète, maladies chroniques de l’intestin, allergies, anxiété, dépression et même autisme. Par ailleurs, la mise en place du microbiote débutant en périnatalité, le diététicien peut être amené à conseiller la femme enceinte, allaitante, mais aussi le parent d’un très jeune enfant, au moment de la diversification alimentaire, afin de mettre en place un microbiote optimisé avant l’âge de 3 ans.

Nous avons donc souhaité donner la parole à des pédiatres et chercheurs afin de faire le point sur l’actualité scientifique dans ce domaine qui évolue très vite. Leurs interventions traiteront notamment de l’installation du microbiote colonisateur dans le très jeune âge, de la prévention des allergies de l’enfant par une stratégie nutritionnelle maternelle avec des prébiotiques ou encore de la transplantation fécale curative en pédiatrie.

Focus sur l’une des conférences prévues :

« On estime qu’en 2050, 50% de la population mondiale sera allergique. Très fréquentes chez le jeune enfant, elles sont liées au dysfonctionnement du microbiote, du système immunitaire et des barrières épithéliales qui se mettent en place en cours des 1000 jours de vie. Ainsi notre hypothèse est qu’une supplémentation en prébiotiques pendant la grossesse sera efficace pour prévenir la survenue d’une allergie chez l’enfant par l’implantation d’un microbiote et d’un système immunitaire protecteurs. »
 
Marie BODINIER, Directrice de recherche INRAE, responsable de l’équipe Allergie, UR1268 BIA, Nantes.

Conférence prévue le vendredi 28 octobre après-midi en salle Rhône 1.

Inscriptions 

Inscrivez vous dès maintenant et jusqu’au 1er octobre pour profiter de tarifs préférentiels.

Programme scientifique

Un programme d’envergure internationale en langue française vous attend

Le secrétariat est à l’écoute de toutes vos questions par retour de mail.

 

A bientôt à Lyon pour vivre avec nous cet événement inédit, riche d’échanges et de partages,

Céline Dehaen

Secrétariat de l’UPDLF
Union Professionnelle Diététiciens de Langue Française – asbl
Adresse postale: Rue des frères Poels, 46 – 1325 Dion-le-Val
Téléphone: +32 (0)478 720 250
Adresse mail : secretariat.updlf@gmail.com
Site internet : www.lesdieteticiens.be

Les actualités

Partageons nos connaissances.

Retrouvez un avant goût des JED avec le cinquième focus sur un des conférencier : Marie Bodinier.
Retrouvez ici la Brève du 21 septembre 2022 reprenant l'ActuDiéta du jour, les actualités et l'agenda des évènements à venir.
Sous l’apparence d’une épaisse broussaille à la floraison et à la fructification spectaculaire, La belle princesse des haies révèle bien des merveilles pour nous nourrir et nous soigner. À l’origine de tous les Rosiers qui prospèrent dans nos jardins, celui-ci était déjà connu des Romains qui en faisaient macérer les pétales parfumés dans du vin.
Danone® - Les protéines sont des molécules essentielles pour notre organisme : les acides aminés qui les composent sont utilisés de différentes manières par le corps pour maintenir et renouveler sa structure.

Contact

Une question ou une
demande ?











shutterstock_712374730
Actu-Diéta

Accueil / Actualités / Actu-Diéta

C'est l'automne !

L’Églantier, un Rosier sauvage qui risque de vous surprendre

Sous l’apparence d’une épaisse broussaille à la floraison et à la fructification spectaculaire, La belle princesse des haies révèle bien des merveilles pour nous nourrir et nous soigner. À l’origine de tous les Rosiers qui prospèrent dans nos jardins, celui-ci était déjà connu des Romains qui en faisaient macérer les pétales parfumés dans du vin.

Pauline de Voghel, diététicienne agréée. www.paulinedevoghel.be, info@paulinedevoghel.be

D’abord, l’identifier avec exactitude

Cet arbrisseau de 2 à 5 mètres de haut se retrouve typiquement dans les haies endémiques en lisières de bois, bords de chemins forestiers, talus et pâturages.

Ses rameaux à la fois robustes et souples, dressés et arqués, sont armés de solides aiguillons fortement crochus. Ses feuilles alternes sont divisées en 5 à 7 folioles ovales de 1,5 à 4 cm et finement dentées sur les bords.

Ses fleurs de 2 à 8 cm, fragiles et au parfum délicat, sont formées de 5 pétales libres entre eux, d’un blanc pur au rose pâle, voire à la lisière du rouge.

Son faux-fruit appelé le « Cynorrhodon » vient de « kynorrhodon » et signifie Rosa canina en latin et Rosier des chiens en français. Nommé ainsi car sa racine a longtemps soigné les morsures de chiens porteurs de la rage. Cette urne ovoïde et charnue, ferme et lisse, de couleur orange à rouge vif brillant à maturité, est en fait le réceptacle floral qui s’est développé après fécondation de la fleur. C’est lui qui contient les akènes, petits fruits jaunâtres et pourvus d’une bourre de minuscules poils raides, durs et irritants, provoquant une démangeaison si désagréable que la plante porte aussi le nom de « poil-à-gratter ».

Le bédéguar ou « éponge d’églantier », une galle en forme de touffe chevelue hirsute et rougeâtre provoquée par la piqûre d’une petite guêpe dans les tiges de l’églantier est utilisée en phytothérapie comme sédatif et cicatrisant. (5) 

Des confusions sont envisageables vu le nombre important de sous-espèces et de variétés, hybrides entre rosiers sauvages, mais tous sont comestibles. On en dénombre 46 genres en Europe, dont 11 en Belgique comme la Rosa cinnamomea, R. gallica (de Provins), R. pomifera, R. rugosa (du Japon), R. sherardii.

Principaux constituants

Les qualités nutritives et gustatives varient selon l’espèce et le degré de maturité.

20220921_tableau1

Tableau 1 : Valeurs nutritionnelles moyennes pour 100g de pulpe de cynorrhodon du Rosa canina : (1, 6, 9, 11, 14)

* soit jusqu’à 88 fois plus que dans les oranges qui contiennent 45 mg de Vitamine C par 100 g (12).

Les apports minimaux reconnus en Vitamine C (acide ascorbique) sont de 300 mg pour 100 g de cynorrhodons (correspondant à environ 50 faux-fruits). La consommation de 18 cynorrhodons couvrirait donc l’Apport Journalier Recommandé (AJR) en vitamine C de 110 mg pour la population adulte hors situation particulière (15).

Les cynorrhodons contiennent également des flavonoïdes aux propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydantes, anti-infectieuses, immunostimulantes et immunomodulatrices (14). On y retrouve de la pectine à raison de 15%, des fibres solubles permettant de moduler l’absorption des glucides et des acides gras en ralentissant leur assimilation au niveau intestinal. Ce qui est intéressant dans la prévention du diabète et de l’hypercholestérolémie. Ils renferment des résines et aussi des tanins ellagiques, hydrolysables, ayant des propriétés antiseptiques (antibactériens, antiviraux et antifongiques) et cicatrisantes (14)

Les akènes contiennent jusqu’à 10% d’huile, majoritairement de l’acide linoléique W6, linolénique W3 (7, 14) et de la vitamine E., c’est pourquoi il est intéressant de mixer les cynorrhodons entiers pour en extraire un maximum de leur huile et de les filtrer ensuite en les pressant dans un sac à jus.

Les pétales contiennent des acides malique et citrique, légèrement laxatifs (14).  Les feuilles et l’écorce sont riches en tanins (1, 7, 14) et les fleurs colorées en caroténoïdes et des flavonoïdes.

En cuisine

Voici quelques propositions de recettes qui devraient vous occuper joyeusement et réjouir vos papilles pour les prochaines saisons.

* Les jeunes pousses et jeunes feuilles récoltées au début du printemps : légèrement amères et astringentes à cause des tanins qu’elles contiennent, s’ajoutent donc modérément aux salades ou en plus grande quantité si elles sont cuites au préalable dans une ou plusieurs eaux.

* Les fleurs des rosiers sauvages étant délicates et éphémères, demandent beaucoup de soins à la récolte qui se fait de mai à juin en fonction des variétés. Elles décorent joliment les salades de verdures et de fruits, de légumes cuits et tous les types de plats et de desserts, de gâteaux, qu’elles parfument délicatement par la même occasion. Les infusions à froid et infusions à chaud, déclinées en sirop, sorbet, gelée, confiture, pâte de fruits et loukoums lui vont à ravir. Ces fleurs parfument également limonades, vins, vinaigres et liqueurs ou les préparations lactées comme les lassis à l’indienne, les flans, les crèmes, les glaces, etc.

Sirop de pétales de roses : Infuser l’équivalent d’1 L de pétales dans 1 L d’eau chaude, pendant 5 minutes. Puis laisser refroidir avec le couvercle plus d’une heure, avant de filtrer en pressant bien les pétales. Ajouter 800 g de sucre et chauffer légèrement jusqu’à dissolution. Ajouter le jus d’un citron.

Vinaigre de roses sauvages : Dans un bocal, couvrir de vinaigre à 5° une poignée de pétale et laisser infuser quatre jours puis filtrer.

Palets d’Églantier : Mélanger 65 g de pétales hachés au couteau dans 115 g de farine d’épeautre avec 115 g d’amandes effilées et brisées. Y incorporer délicatement 75 g de blancs d’œufs montés en neige avec 75 g de sucre. Placer des petits tas à la poche à douille, de la grosseur d’une noix, puis étaler en disque avec le dos d’une cuillère humide. Cuire 6 à 10 minutes au four à 230°C. Tremper éventuellement la moitié dans du chocolat fondu, une fois refroidis.

* Graines (fruits) : séchées, moulues et tamisées en farine pour s’ajouter en mélange à d’autres farines.

* Cynorrhodons (faux-fruits) récoltés d’octobre à décembre voire jusqu’à la fin de l’hiver. La chair crue est croquante et légèrement acidulée.

Purée de cynorrhodons :

– Soit les Cynorrhodons sont mous, blets d’avoir subi une première gelée avant d’être récoltés ou d’avoir passé 24 à 48h dans le congélateur :

* Presser sur le bout du cynorrhodon avec les doigts pour faire sortir la purée à déguster (en laissant akènes et poils à l’intérieur).

* Au passe-vite ou au moulin à légumes avec un peu d’eau pour éliminer grains et poils.

* Au tamis ou sac à jus après les avoir mixés au blender avec un peu d’eau, afin de filtrer les grains et poils. On peut aussi les cuire avant de les passer au tamis.

– Soit ils sont encore durs avant les gelées, mais déjà bien rouges :

* Ôter leur pédoncule et leur extrémité noire, les couper en 2 dans la longueur et les évider à la petite cuillère ou au couteau (grains et poils irritants). Rincer. Travail quelque peu fastidieux, comme il était pratiqué dans nos campagnes en s’armant de patience, ou en passant un bon moment à papoter entre amis. Utilisation crue ou à cuire.

* Cuire les cynorrhodons concassés, 15 minutes dans de l’eau chaude qui les recouvre, jusqu’à ce qu’ils ramollissent. Mixer et filtrer au tamis.

* Sécher, pulvériser et tamiser en farine

La purée aromatique et onctueuse obtenue est fruitée, sucrée et acidulée, rappelant le goût du concentré de tomate et les senteurs d’orange et de mandarine. Elle se consomme avec du yaourt, du fromage blanc ou frais, du miel, du pain, en vinaigrette et sauces sucrées et salées et dans la conception de toute une série de préparations plus délicieuses les unes que les autres : sirop, gelées et confitures, sauce tomate indigène relevée à l’ail et aux herbes aromatiques pour réaliser une pizza, servir avec des céréales, des pâtes, etc. tisanes, macérations, kéfir, liqueurs, alcool, vins, vinaigres, eau de vie, en crumble, tartes, glaces, etc. Séchés, broyés et tamisés en farine, les cynorrhodons entrent dans la confection du pain (pour augmenter le goût et la digestibilité), de galettes, crêpes, gâteaux et autres pâtisseries, etc. ou crus et évidés en marinade de viandes, gibier et volailles, en chutney, etc.

Smoothies de cynorrhodons : Passer au blender des cynorrhodons débarrassés de leur poils et graines ou passer au tamis fin. Manger tel quel ou avec de la purée d’amande. Ou en mélange avec des pommes, poires ou autres fruits ou baies d’automne crus ou cuits.

Confiture de cynorrhodons : Mélanger 100g de purée de cynorrhodons avec 80g de sucre de canne complet, chauffer jusqu’à dissolution complète. Ajouter 1 c. à s. de jus de citron.

Sauce tomate indigène de cynorrhodon : Cuire 500 g de cynorrhodons équeutés et étêtés couverts de 400 g d’eau jusqu’à ce qu’ils ramollissent. Mixer et passer au moulin puis au tamis. Ajouter 2 oignons détaillés sués dans une poêle avec 2 gousses d’ail pressées, un filet d’huile d’olive, 1 filet de vinaigre balsamique, des herbes aromatiques au choix. Salez, poivrez. Mixer le tout. À utiliser dans des pâtes ou céréales cuites ou sur une pizza.

Ketchup sauvage : Chauffer 200 g de purée d‘églantier avec 40 g de sucre jusqu’à ce que le mélange fonce. Puis ajouter 25 ml de jus de pomme ou 1 c. à s. de vinaigre de cidre, 1 filet de miel, 50 ml d’eau, 1 c. à s. de paprika, 1 pincée de curry, (de l’huile pimentée), 1 pincée de sel. A congeler en petits conditionnement ou à pasteuriser.

Biscuits d’automne : Mélanger 200 g de beurre avec 50 g de sucre, 50 g de poudre d’amandes, 50 ml de lait ou jus végétal et 1 œuf. Ajouter 180 g de farine de châtaigne, 70 g de fécule et 50 g de poudre de cynorrhodon. Ne pas trop travailler l’appareil et disposer à la poche à douille des disques sur du papier cuisson, puis, avec un embout cannelé, des mini-tas sur les bords de ces disques. Cuire à 220°C, pendant 7 min. puis placer de la confiture de cynorrhodon au centre et recuire à 220 °C pendant 6 minutes.

Blinis aux cynorrhodons : 70 g de baies crues sans poils et graines, hachées et mélangées avec 2 jaunes d’œufs, 2 petits suisses, 150 ml de lait. Mélanger 125 g de farine avec ½ c. à c. de sel, 1 c. à c. de poudre à lever. Incorporer délicatement 3 blancs d’œufs montés en neige avec une pincée de sel. Laisser reposer 30 minutes puis faire des petits tas dans une poêle avec du beurre. Retourner après 1 minute.

Chaque partie de l’églantier a des utilisations médicinales, en voici quelques-unes à titre d’exemple

* Jeunes pousses et jeunes feuilles : Astringentes, toniques, diurétiques et légèrement laxatives (5)

* Macérats glycérinés de jeunes pousses d’églantier utilisés contre les troubles ORL à répétition, notamment chez les enfants, les personnes déminéralisées ou fragiles qu’il faut fortifier.

* Fleurs : Diurétiques, hypoglycémiantes, anti-oxydantes et astringentes (7)

* Graines (fruits) : diurétiques et sédatifs, ils contiennent des acides gamma-linoléique et linolénique et sont efficaces contre les gerçures, les cicatrices chirurgicales, l’acné (7). Les polyphénols tellinagrandine I jouent un rôle antibiotique potentialisant l’activité des antibiotiques de type B-lactam surtout dans des infections où staphylococcus aureus se montre résistant aux antibiotiques (Shiota et al 2004).

* Cynorrhodons (faux-fruits) : séchés, broyés en décoctions, ils agissent contre lithiases et problèmes urinaires (5, 6). Ils sont fortifiants et toniques contre les problèmes de croissance, de fatigue physique ou intellectuelle (3, 6, 14). Diurétiques et légèrement laxatifs (14). Intéressants dans les maladies fébriles, les infections hivernales, les refroidissements, la grippe et les maux de gorge. Ils augmentent les défenses immunitaires (3, 5, 7, 14), ils sont anti-ascorbiques (3, 5) et régulateurs hormonaux (6). Anti-septiques (5, 7), hémostatiques et cicatrisants (6). Ils agissent contre arthrites du genou et de la hanche (7), permettent une amélioration partielle de l’ostéo-arthrite (Winter et al., 2005, Chrubasik et al 2006), attribuée à la présence de dérivés de galactolipides.

Bibliographie

(1) Couplan, F., Styner, E. (2009). Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques. Delachaux et Niestlé.

(2) Maehlum, A. (2016). Eat nature, l’herbier gourmand. Michel Lafon.

(3) Lieutaghi, P. (1996). Le livre des bonnes herbes. Actes sud.

(4) Couplan, F. (2012). La cuisine est dans le pré. Soliflor.

(5) Lacoste, S. (2015). Les plantes qui guérissent. Editions Leducs.

(6) Nissim, R. (2016). Manuel de gynécologie naturopathique à l’usage des femmes. Editions Mamamélis.

(7) Gurib-Fakim, A. (2008). Toutes les plantes qui soignent. Plantes d’hier, médicaments d’aujourd’hui. Michel Lafon.

(8) Louis, L. (2011). L’appel gourmand de la forêt. Editions la plage.

(9) Couplan, F. (2010). Cuisine sauvage, accommoder mille plantes oubliées. Sang de la terre.

(10) Delaunay, B. (2007). Grignotages sauvages. Editions de Terran.

(11) Couplan, F. (2011). Guide nutritionnel des plantes sauvages et cultivées. Ed. Delachaux et Niestlé. Les guides du naturaliste.

(12) asbl NUBEL. (2012). Table belge de composition des aliments, 5ème édition. Bruxelles, Belgique : asbl NUBEL

(13) Cuisine Sauvage asbl. Cuisine sauvage, découvrez les plantes comestibles. Retrieved from http://www.cuisinesauvage.be

(14) Le chemin de la nature. Nos formations en ligne. Retrieved from http://www.lechemindelanature.com

(15) Conseil Supérieur de la Santé. (2016). Recommandations nutritionnelles pour la Belgique – 2016. Bruxelles, Belgique : CSS. Avis n° 9285.

Les actualités

Partageons nos connaissances.

Retrouvez un avant goût des JED avec le cinquième focus sur un des conférencier : Marie Bodinier.
Retrouvez ici la Brève du 21 septembre 2022 reprenant l'ActuDiéta du jour, les actualités et l'agenda des évènements à venir.
Sous l’apparence d’une épaisse broussaille à la floraison et à la fructification spectaculaire, La belle princesse des haies révèle bien des merveilles pour nous nourrir et nous soigner. À l’origine de tous les Rosiers qui prospèrent dans nos jardins, celui-ci était déjà connu des Romains qui en faisaient macérer les pétales parfumés dans du vin.
Danone® - Les protéines sont des molécules essentielles pour notre organisme : les acides aminés qui les composent sont utilisés de différentes manières par le corps pour maintenir et renouveler sa structure.

Contact

Une question ou une
demande ?

shutterstock_712374730
Brèves

Accueil / Actualités / Brèves

Newsletter partenaire

Danone®

Cher·e·s collègue·s,
Madame, Monsieur,

Veuillez trouver ci-dessous une newsletter de notre partenaire Danone®.

Bonne lecture,

Les protéines sont des molécules essentielles pour notre organisme : les acides aminés qui les composent sont utilisés de différentes manières par le corps pour maintenir et renouveler sa structure.

En particulier, les protéines :

> Contribuent au maintien et à la croissance de la masse musculaire1

> Contribuent au maintien d’une ossature normale1

> Fournissent de l’énergie: 4kcal par gramme

Les besoins en protéines dépendent du poids corporel mais aussi du niveau d’activité physique. L’apport protéique est donc particulièrement important dans le cadre de la pratique d’une activité sportive.

Ainsi pour les sportifs les besoins en protéines sont augmentés : tandis que l’apport recommandé en protéines pour un adulte s’élève à 0,83 g/kg/jour, celui-ci grimpe à au moins 1,2 g/kg/jour pour un sportif d’endurance.2

HiPRO propose une large gamme de produits laitiers riches en protéines, en pot ou à boire, apportant 15 à 25g de protéines par portion. Pour soutenir les sportifs d’une manière délicieuse et savoureuse dans leur pratique quotidienne !

Nouveau !
Les puddings HiPRO viennent de rejoindre la gamme. Disponibles en deux saveurs.

Les protéines laitières par exemple ont une grande qualité nutritionnelle : elles apportent tous les acides aminés essentiels, non produits par le corps et donc obligatoirement apportés par l’alimentation, et ont une digestibilité élevée. Mais les aliments d’origine végétale offrent également des profils protéiques intéressants tout en ayant un impact environnemental limité. Les régimes flexitariens, qui combinent protéines végétales et animales, répondent à ce double enjeu de combiner notre santé et celle de la planète.

D’après une étude récente3les produits laitiers ont leur place dans un régime optimisé pour être plus durable (un régime théorique nutritionnellement adéquat mais avec un impact carbone réduit par rapport aux régimes existants).

La catégorie des produits laitiers étant très diversifiée, leur teneur en protéines est très variable et dépend notamment du procédé de fabrication.

1Règlement (UE) n° 432/2012 de la Commission du 16 mai 2012 établissant une liste des allégations de santé autorisées portant sur les denrées alimentaires, autres que celles faisant référence à la réduction du risque de maladie ainsi qu’au développement et à la santé des enfants.
2Conseil Supérieur de la Santé. Recommandations nutritionnelles pour la Belgique – 2016. Bruxelles: CSS; 2016. Avis n° 9285.
Un sport d’endurance correspond ici à un entrainement de 4 à 5x par semaine, au minimum 1h.
3Gazan, R.; Vieux, F.; Lluch, A.; de Vriese, S.; Trotin, B.; Darmon, N. Individual Diet Optimization in French Adults Shows That Plant-Based “Dairy-like” Products May Complement Dairy in Sustainable Diets. Sustainability 2022, 14, 2817. https://doi.org/10.3390/su14052817

Céline Dehaen

Secrétariat de l’UPDLF
Union Professionnelle Diététiciens de Langue Française – asbl
Adresse postale: Rue des frères Poels, 46 – 1325 Dion-le-Val
Téléphone: +32 (0)478 720 250
Adresse mail : secretariat.updlf@gmail.com
Site internet : www.lesdieteticiens.be

Les actualités

Partageons nos connaissances.

Retrouvez un avant goût des JED avec le cinquième focus sur un des conférencier : Marie Bodinier.
Retrouvez ici la Brève du 21 septembre 2022 reprenant l'ActuDiéta du jour, les actualités et l'agenda des évènements à venir.
Sous l’apparence d’une épaisse broussaille à la floraison et à la fructification spectaculaire, La belle princesse des haies révèle bien des merveilles pour nous nourrir et nous soigner. À l’origine de tous les Rosiers qui prospèrent dans nos jardins, celui-ci était déjà connu des Romains qui en faisaient macérer les pétales parfumés dans du vin.
Danone® - Les protéines sont des molécules essentielles pour notre organisme : les acides aminés qui les composent sont utilisés de différentes manières par le corps pour maintenir et renouveler sa structure.

Contact

Une question ou une
demande ?

shutterstock_712374730
Brèves

Accueil / Actualités / Brèves

Brève spéciale | Les Journées Européennes francophones des Diététicien·ne·s ⭐

Les Brèves

Bienvenue à Lyon !

Cher·e·s diététicien·ne·s,

 

Comme vous le savez, l’UPDLF participe à l’organisation des JED – Journées Européennes francophones des Diététicien.ne.s, qui se dérouleront du 27 au 29 octobre 2022 au Centre des Congrès de Lyon.

 

Retrouvez ci-dessous un avant goût des JED avec le quatrième focus sur un des conférencier : Philippe Cardon.

 

Bonne lecture !

Pour cette édition inédite, le programme évolue ! Venez assister à une session dédiée à l‘offre alimentaire et la restauration hors domicile avec deux thématiques : 

Focus sur l’une des conférences prévues lors de la session « Eveil et sensibilisation à l’alimentation dans les écoles »:
« On pourrait penser que pour sensibiliser, éduquer les enfants à une alimentation jugée saine il suffirait de leur apprendre à bien manger. Pourtant, l’éducation nutritionnelle ne va pas de soi, encore moins lorsqu’elle s’adresse à des enfants. Déjà parce que ces derniers n’y voient pas toujours un intérêt. Mais aussi parce que sensibiliser, éduquer et transmettre ne vont pas de soi et ne peuvent se résumer à une vision verticale où l’un dicterait et l’autre écouterait.

Les sciences sociales ont montré depuis longtemps combien l’éducation et la transmission dépendent fortement des contextes sociaux d’apprentissage, des interactions à l’œuvre entre celui et ceux qui disent et celui et celles qui sont à éduquer. Et en matière d’éducation alimentaire, cette réalité est d’autant plus forte qu’elle vient toucher ce qui renvoie à l’intime, à la famille plus encore que n’importe quel autre savoir, tant l’alimentation est déjà et avant tout pour les enfants une affaire de famille par l’éducation alimentaire qu’ils y reçoivent. Mais elle est aussi une affaire de groupes de pairs, celui des amis avec lesquels les enfants partagent aussi une culture alimentaire commune qui ne rentre pas toujours en adéquation avec l’éducation alimentaire familiale.

L’éveil scolaire à l’alimentation cristallise ainsi des enjeux qui vont bien au-delà du simple contenu de l’assiette ou des enjeux nutritionnels parce qu’il dépend, outre des conditions matérielles, normatives, économiques de production des repas dans les cantines scolaires, des conditions des repas en collectivité entre les enfants, des conditions sociales dans lesquelles sont réalisées des ateliers d’éducation alimentaire mais aussi des propres habituelles familiales des enfants dont on sait, par ailleurs qu’elles sont très marquées notamment par le milieu social. Enfin, il faut prendre en compte également le rôle joué par les industries agroalimentaires qui investissent le champ de l’éducation à l’alimentation dans le cadre scolaire.

Dans cette intervention nous aborderons les enjeux autour de la sensibilisation, diffusion de recommandations alimentaires à destination des enfants dans le cadre scolaire tout en montrant les limites de cette sensibilisation, notamment liés au « plafond de classe ». »

Philippe CARDON, Maitre de conférences, HDR en sociologie à l’université de Lille et membre du laboratoire CeRIES.

Conférence prévue le vendredi 28 octobre matin en salle Rhône 2.

Inscriptions 

Inscrivez vous dès maintenant et jusqu’au 1er octobre pour profiter de tarifs préférentiels.

Programme scientifique

Un programme d’envergure internationale en langue française vous attend

Le secrétariat est à l’écoute de toutes vos questions par retour de mail.

 

A bientôt à Lyon pour vivre avec nous cet événement inédit, riche d’échanges et de partages,

Céline Dehaen

Secrétariat de l’UPDLF
Union Professionnelle Diététiciens de Langue Française – asbl
Adresse postale: Rue des frères Poels, 46 – 1325 Dion-le-Val
Téléphone: +32 (0)478 720 250
Adresse mail : secretariat.updlf@gmail.com
Site internet : www.lesdieteticiens.be

Les actualités

Partageons nos connaissances.

Retrouvez un avant goût des JED avec le cinquième focus sur un des conférencier : Marie Bodinier.
Retrouvez ici la Brève du 21 septembre 2022 reprenant l'ActuDiéta du jour, les actualités et l'agenda des évènements à venir.
Sous l’apparence d’une épaisse broussaille à la floraison et à la fructification spectaculaire, La belle princesse des haies révèle bien des merveilles pour nous nourrir et nous soigner. À l’origine de tous les Rosiers qui prospèrent dans nos jardins, celui-ci était déjà connu des Romains qui en faisaient macérer les pétales parfumés dans du vin.
Danone® - Les protéines sont des molécules essentielles pour notre organisme : les acides aminés qui les composent sont utilisés de différentes manières par le corps pour maintenir et renouveler sa structure.

Contact

Une question ou une
demande ?











shutterstock_712374730
Actu-Diéta

Accueil / Actualités / Actu-Diéta

Poster

Faut-il dépister le syndrome de renutrition inappropriée dans un centre hospitalier de revalidation ?

Vandenbosch I.1, Vander Eycken S.2, Delbecke E.3
1 Gériatre, Centre Hospitalier Valida, 2 Etudiante en diététique, Institut Paul Lambin, 3 Diététicienne, Centre Hospitalier Valida

Le Syndrome de Renutrition Inappropriée (SRI) est l’ensemble des manifestations survenant dès la réintroduction excessive d’une alimentation pour des patients ayant eu peu voire pas d’apports alimentaires lors des derniers jours. Cette réalimentation entraine différents déséquilibres, qu’ils soient cliniques ou biologiques. Il est connu de longue date mais encore peu étudié et sous diagnostiqué à ce jour. Il est étroitement lié à la dénutrition, pourtant son dépistage ne se fait pas de manière systématique en milieu hospitalier.(1,2) Actuellement, il n’existe pas de littérature sur la prévalence de ce syndrome dans un service de revalidation.

BUT DU PROJET

L’objectif de ce projet est d’évaluer l’intérêt du dépistage du SRI en revalidation soit de manière systématique soit de manière ciblée sur une population identifiée plus à risque.

MÉTHODES

Au sein du centre de revalidation neuro-locomoteur et gériatrique de Valida, un dépistage systématique du risque du SRI a été effectué chez tous les patients entrants entre le 23/11/20 et le 18/12/20 et entre le 21/01/21 et le 24/02/21. Les variables reprises dans le score de NICE ont été collectées, à savoir : indice de masse corporelle, degré de la perte de poids, évaluation des ingestas sur les dix derniers jours, ionogramme (Mg, Ph, K), présence éventuelle d’éthylisme et prise de certains médicaments (insulines, agents de chimiothérapie, antiacides, diurétiques). Ce faisant, nous avons pu déterminer la présence ou non 

d’un risque de SRI et nous l’avons gradé en faible, haut ou très haut risque. Secondairement, nous avons essayé de trouver un profil récurrent de patients dans les catégories haut et très haut risque en cherchant une corrélation éventuelle avec l’âge, le sexe, le service aigu, la durée d’hospitalisation et le type d’alimentation.

RÉSULTATS

Au total, 142 patients ont été dépistés systématiquement dès leur admission dans notre Centre Hospitalier. L’âge moyen est de 75 ans comprenant 37% d’hommes et 63% de femmes. 62 patients ont été hospitalisés en réadaptation neuro-locomotrice et 80 patients en gériatrie.  Dix provenaient du domicile et 132 d’un service médico-chirurgical, la durée moyenne d’hospitalisation en aigu variait de 20 à 47 jours. 129 patients recevaient une alimentation per os exclusive, 8 une alimentation entérale exclusive et 5 une alimentation mixte : per os et artificielle. De tous les facteurs étudiés, seul le fait d’avoir une alimentation mixte ou exclusivement entérale est plus fréquemment associé  à un risque haut ou très haut de développer un SRI.

CONCLUSION

Un dépistage systématique du SRI chez tous les patients ne semble pas utile au sein de notre hôpital de revalidation. Au vu des données récoltées, il semblerait suffisant de détecter tous les patients bénéficiant d’une alimentation entérale. Nous étendrions notre détection aux patients nourris par parentérale.

RÉFÉRENCES

1.        Da Silva, J. S. V., Seres, D. S., Sabino, K., et al; (2020). ASPEN Consensus Recommendations for Refeeding Syndrome. Nutrition in Clinical Practice, 35(2), 178-195. https://doi.org/10.1002/ncp.10474

2.        Société Francophone Nutrition Clinique et Métabolisme. (2019). Syndrome de renutrition inappropriée de l’adulte. En ligne : https://www.sfncm.org/images/stories/Outils/BrochureSRI-label_SFNCM.pdf

Les actualités

Partageons nos connaissances.

Retrouvez un avant goût des JED avec le cinquième focus sur un des conférencier : Marie Bodinier.
Retrouvez ici la Brève du 21 septembre 2022 reprenant l'ActuDiéta du jour, les actualités et l'agenda des évènements à venir.
Sous l’apparence d’une épaisse broussaille à la floraison et à la fructification spectaculaire, La belle princesse des haies révèle bien des merveilles pour nous nourrir et nous soigner. À l’origine de tous les Rosiers qui prospèrent dans nos jardins, celui-ci était déjà connu des Romains qui en faisaient macérer les pétales parfumés dans du vin.
Danone® - Les protéines sont des molécules essentielles pour notre organisme : les acides aminés qui les composent sont utilisés de différentes manières par le corps pour maintenir et renouveler sa structure.

Contact

Une question ou une
demande ?





















shutterstock_712374730
Actu-Diéta

Accueil / Actualités / Actu-Diéta

L’enquête de consommation alimentaire 2022

Comment mangent les belges ?

Depuis quelques années, de nouvelles tendances font surface dans notre culture alimentaire :  produits végétaux, cuisine sans déchets, boissons et aliments fermentés, etc. Les habitudes alimentaires semblent changer continuellement et influencent ainsi notre alimentation. Adopter un régime alimentaire favorable à la santé aide d’une part à prévenir le développement de maladies non-transmissibles, telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète de type II et d’autres maladies associées à l’obésité. D’autre part, un régime alimentaire devrait également s’inscrire dans le concept de développement durable, ainsi que se composer d’aliments exempts de microorganismes, résidus ou contaminants ayant un effet néfaste sur la santé. Un suivi régulier de la consommation alimentaire est donc crucial afin de guider et d’évaluer les politiques nutritionnelles et de sécurité alimentaire. C’est pour cette raison que Sciensano mène, depuis mars 2022, une nouvelle enquête de consommation alimentaire.

Eline Le Dieu, diététicienne agréée chez Sciensano : Nutrition and Health - Lifestyle and chronic diseases

Les enquêtes de consommation alimentaire ont pour objectif de fournir des informations sur la consommation d’aliments et les changements alimentaires au sein d’une population. En combinant de telles données avec des informations sur la composition des aliments, ces enquêtes permettent, en outre, de déterminer les apports en micro- et macronutriments de la population, son exposition à d’éventuelles substances chimiques ou microbiologiques nocives, et l’impact environnemental des régimes alimentaires. Au niveau de la recherche scientifique, de telles informations sont aussi utilisées pour étudier les associations entre nutrition et santé.

En Belgique, la première enquête de consommation alimentaire a eu lieu en 2004 et a permis de collecter des informations sur les apports alimentaires de 3245 individus âgés de 15 ans et plus. Les résultats de cette enquête ont également permis de développer des programmes, tels que le Plan National Nutrition et Santé (2005-2010), visant à améliorer les habitudes alimentaires de la population belge. En 2014-2015, une seconde enquête nationale de consommation alimentaire a eu lieu au sein de la population belge âgée de 3 à 64 ans. Les données en résultant ont été utilisées pour définir et publier, en 2019, de nouvelles recommandations alimentaires pour la population adulte. Certains indicateurs issus de l’enquête de 2014 constituent également le point de départ des « objectifs de santé 2025 » en Flandre, et ont accéléré le développement de certaines mesures politiques comme l’introduction du Nutri-Score.

Pour l’enquête de consommation alimentaire en cours, 59 communes ont été sélectionnées sur toute la Belgique visant ainsi à interroger 3020 participants à partir de l’âge de 3 ans. Soixante-deux diététicien·ne·s indépendant·e·s ont été engagé·e·s afin d’interroger un ensemble de 50 participants, résidants dans une même commune, de façon répartie tout au long de l’année de l’enquête. L’ensemble des participants sont répartis en quatre groupes d’âge :

En plus de notre échantillon national, il a été prévu d’interroger 1400 participants supplémentaires dans la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que dans la Communauté germanophone. Une autre méthode d’évaluation de l’alimentation a été choisie pour des raisons financières et logistiques.

Quelques nouveautés se présentent lors de l’enquête de consommation alimentaire 2022-2023 notamment la collecte d’échantillons biologiques auprès des participants au moyen de deux études annexes :

1)

« L’étude par piqûre au doigt » qui vise à estimer le statut en vitamine D, thiamine et alcool au moyen d’un prélèvement de quelques gouttes de sang. Cette étude est une collaboration entre Sciensano et le département de toxicologie de l’Université de Gand.

2)

« L’étude métamorphose » qui a pour objectif principal d’estimer la faisabilité de collecter des échantillons biologiques humain lors d’études à grande échelle auprès de la population.  Ceci se fera au moyen d’un prélèvement par le participant lui-même d’un échantillon de salive et/ou de selles.

Déroulement du travail de terrain

Au sein de chaque commune sélectionnée pour l’échantillon national, 50 personnes sont tirées au sort dans le registre. Ces personnes reçoivent une lettre d’invitation ainsi qu’une brochure les invitant à participer à l’enquête de consommation alimentaire. Les enquêteurs reçoivent à leur tour les noms et adresses des personnes à contacter afin de les convaincre de participer et de fixer une date pour une première visite à domicile. Chaque personne participante est interrogée à deux reprises à son domicile à une intervalle de 1 à 4 semaines. Chaque visite inclut un rappel de consommation alimentaire de 24 heures. Ce dernier est réalisé de manière standardisée, au moyen du programme GloboDiet®. Ce programme permet de demander au participant, de manière précise, ce qu’il a mangé ou bu la veille de l’entretien. Pour chacun des aliments ou boissons consommés, des questions supplémentaires sont posées sur le mode d’emballage, la méthode de conservation, la préparation, la teneur en graisses et en sucres, la marque, etc.  Pour finir, la portion est quantifiée avec l’aide d’un album photo, mesures ménagères, unités, grammages ou volume. Pour les enfants, un journal alimentaire est utilisé pour faciliter le rappel alimentaire. Le journal alimentaire est alors rempli lors du jour de référence par le parent ou tuteur de l’enfant.

Après le rappel de consommation, des questions générales sont posées aux participants à l’aide d’un questionnaire sur ordinateur. Celui-ci aborde des sujets tels que les habitudes alimentaires, l’environnement alimentaire, la littératie alimentaire, la politique alimentaire et la sécurité alimentaire, mais aussi l’activité physique, la sédentarité, le marketing visant les enfants et des données sociodémographiques.

Entre les deux visites, il est demandé aux participants de compléter une enquête (en ligne ou papier) incluant un questionnaire de fréquence alimentaire ainsi que des questions abordant des thèmes plus sensibles comme l’état de santé du participant, s’il a des troubles alimentaires et si le participant a les moyens de s’acheter de la nourriture.

Il est également demandé aux enfants et adolescents de porter un accéléromètre entre les deux visites afin de mesurer l’activité physique de manière objective. Des mesures anthropométriques tels que le poids, la taille et le tour de taille du participant sont prises lors de la deuxième visite à domicile. La température du réfrigérateur est également mesurée. Lors des visites à domicile les participants ont le choix de participer aux deux études annexes consistant en un prélèvement d’échantillons biologiques. L’étude par piqûre au doigt est proposée à tous les participants. L’étude métamorphose est uniquement proposée aux participants entre 18 et 64 ans selon certains critères d’inclusion.

Le recrutement des participants pour l’étude dans la Région de Bruxelles-Capitale et dans la Communauté germanophone se déroule de la même manière que pour l’étude nationale. Seule la méthode d’évaluation de l’alimentation diffère. L’interview s’y déroule sur une seule visite à domicile durant laquelle le participant répond à une enquête de fréquence alimentaire détaillée. Par la suite, un questionnaire général est rempli en reprenant les mêmes thèmes que ceux abordés lors de l’étude nationale. Pour finir, les mesures anthropométriques sont également effectuées (poids, taille et tour de taille). Lors de cet échantillonnage supplémentaire, aucune analyse biologique n’est faite.

Défis

Effectuer une étude de cette ampleur n’est pas un long fleuve tranquille. Le premier défi rencontré jusqu’ici est le faible taux de participation. En effet, une grande proportion des personnes contactées refuse de participer à l’enquête, par manque d’intérêt ou d’information. Bien que les participants reçoivent au préalable une lettre d’invitation et une brochure d’information, celles-ci ne sont pas toujours lues. Pour augmenter la visibilité de l’étude dans les communes sélectionnées, nous avons fait la promotion de l’enquête de consommation alimentaire dans les bulletins communaux et sur les pages Facebook des communes. Nous espérons que cela augmentera la connaissance de l’étude auprès de la population et que cela permettra de faciliter le recrutement des participants pour nos enquêteurs.

Par ailleurs, alors que certaines personnes montrent un réel enthousiasme pour contribuer à l’étude, d’autres ne souhaitent pas participer par un manque d’intérêt, de temps ou une méfiance vis-à-vis de l’étude. Il est également possible que certains participants ne rentrent pas dans nos critères d’inclusions (ex : si le participant ne parle pas français ou s’il est impossible pour le participant de répondre aux questions, par exemple en raison d’un handicap mental). Le taux de participation actuel se situe autour des 25%. Bien que ce taux soit similaire à celui observé dans d’autres études, il rend le travail des enquêteurs plus difficile.

Le deuxième défi à relever est de recruter des enquêteurs et de s’assurer qu’ils réalisent suffisamment d’entretiens chaque mois. Plusieurs enquêteurs ont décidé de quitter l’étude prématurément, pour des raisons diverses :  changements socio-professionnels, manque de temps, démotivation face à la difficulté du recrutement, distance entre le domicile et la commune attribuée. Pour faire face à ce défi, nous sommes particulièrement à la recherche d’enquêteurs résidants ou travaillant dans une des communes sélectionnées ou environnantes. Nous sommes également à la recherche d’étudiants pour venir renforcer temporairement l’équipe. Nos enquêteurs rapportent que la réalisation de ce travail est vécue comme agréable.

Suite de l’étude

La collecte et le « nettoyage » de données est actuellement en cours. Ces données seront ultérieurement liées à différentes bases de données afin d’effectuer des analyses. Les premiers rapports seront attendus pour la fin de l’année 2023.

A la fin du mois de juin nous avions 52 enquêteurs actifs sur 61 communes en Belgique. Depuis mars, plus de 300 personnes ont été complètement interviewés.

Si vous êtes intéressé·e de participer en tant qu’enquêteur dans l’une de ces communes, n’hésitez pas à nous contacter par e-mail : fcs@sciensano.be

Les actualités

Partageons nos connaissances.

Retrouvez un avant goût des JED avec le cinquième focus sur un des conférencier : Marie Bodinier.
Retrouvez ici la Brève du 21 septembre 2022 reprenant l'ActuDiéta du jour, les actualités et l'agenda des évènements à venir.
Sous l’apparence d’une épaisse broussaille à la floraison et à la fructification spectaculaire, La belle princesse des haies révèle bien des merveilles pour nous nourrir et nous soigner. À l’origine de tous les Rosiers qui prospèrent dans nos jardins, celui-ci était déjà connu des Romains qui en faisaient macérer les pétales parfumés dans du vin.
Danone® - Les protéines sont des molécules essentielles pour notre organisme : les acides aminés qui les composent sont utilisés de différentes manières par le corps pour maintenir et renouveler sa structure.

Contact

Une question ou une
demande ?